Une fée dans les étoiles!

Partage de découvertes mode, bons plans, agendas et moments pétillants, le tout au féminin.


Poster un commentaire

United Kingdom: Le royaume du démaquillant.

Pendant mon voyage à Londres, j’en ai profité pour écumer les Boots, Superdrug, Liberty, Selfdrige, John Lewis et Space NK. Ce sont les enseignes où il faut aller si vous vous intéressez un tant soit peu aux cosmétiques. J’avais évidemment en tête plusieurs choses tant niveau make-up que soins mais c’est sans compter l’immense variété à laquelle j’ai dû faire face.

Le premier choc s’est passé chez John Lewis puis ensuite chez Selfridge: j’avais envie de m’enlever les yeux de la tête, pour pouvoir les faire rouler dans les rayons et pouvoir ainsi voir plus et plus vite tellement il y avait de choses. Jurlique, Illamasqua, Environ, Nude Skincare, Antipodes, Charlotte Tilbury, Origins, … J’avais l’impression d’être à Eurodisney. Boots et Superdrug m’ont un peu moins transcendée parce qu’un shampooing à côté d’une prise universelle ou d’un sandwich, ça le fait tout de suite moins vous voyez…

Cela dit, toutes ces enseignes ont une chose en commun: elles offrent une diversité. Et c’est là que j’ai commencé à avoir le blues de rentrer alors que j’avais encore facile 7 jours sur place.

Constater qu’on est TRES pauvres en choix, ça fait mal. Surtout lorsque certains choix portent sur des soins de base. Ici, je vais m’attarder sur le démaquillage parce que c’est quelque chose auquel je tiens depuis un moment.

Du temps où je m’en foutais de ce qui passait sur ma face de jeune fille  à la peau parfaite malgré les excès de boissons, cigarette et manque d’heures de sommeil, je me démaquillais au plus simple et moins cher: lingettes démaquillantes ou lait démaquillant et pouet. Fallait pas m’emmerder, autant dans le processus que dans la manière de pouvoir trouver le plus facilement mes produits. Puis un jour, un lait démaquillant Diadermine m’a littéralement donné des sensations de brûlures sur le visage. J’ai eu envie de m’arracher la peau tellement ça piquait et j’ai pris conscience de l’importance de la douceur de ce moment.

Non, ne me parlez pas de Bioderma et d’eau micellaire, en ce temps-là (début du 21ème siècle hein!), ça n’était vraiment pas populaire et j’ai même des doutes que ces eaux étaient déjà accessibles à l’époque. Puis Youtube est arrivé et j’ai découvert l’existence de l’huile démaquillante. Alors à défaut d’avoir celle de Shu Uemura qui faisait un carton, j’ai essayé celle de chez Sephora et là, ce fut la révolution: plus jamais un lait démaquillant ne toucherait ma peau. Elle n’était pas cher et durait bien plus longtemps qu’un lait tout en étant bien plus douce. Mes réticences de peau mixte face à du gras se sont envolées en un rien de temps. Cerise sur le gâteau: ça enlevait encore mieux le mascara waterproof sans m’arracher les cils. J’avais un Sephora à Maastricht… Le Sephora a fermé… Je suis donc revenue en temps de disette… Jusqu’à ce que The Body Shop sorte une huile démaquillante que je me suis empressée d’aller acheter en double exemplaire. Je l’ai adorée au départ. Normal, je n’avais PLUS RIEN DE VALABLE! Puis, petit à petit, elle a commencé à m’agacer. Bien trop liquide, pas assez efficace sur le mascara waterproof et l’odeur m’incommodait de plus en plus. Maintenant je finis ma deuxième bouteille péniblement et crève d’envie de l’éclater sur un mur à chaque utilisation.

Huiles démaquillantes Sephora et The Body Shop/ Pic by kiwikoo

Huiles démaquillantes Sephora et The Body Shop/ Pic by kiwikoo

Finalement, j’ai fait la connaissance des baumes démaquillants et là, ça a été la révélation. Tellement efficaces et plus agréables qu’une huile que je veux bien faire l’impasse sur le fait que la plupart ne démaquillent pas le mascara waterproof. Mon choix est fait: à moins qu’une nouveauté ne sorte, je ne jurerai plus que par les baumes. Sauf que…

Sauf qu’en Belgique, en grande distribution, hormis celui de The Body Shop, on n’a pas grand chose à portée de main (ni en huiles d’ailleurs). Le Cosmetics 27 est disponible chez Kroonen & Brown à Bruxelles ou à la pharmacie Dartois à Liège et puis… C’est tout. Aucune autre marque ne propose quoi que ce soit en magasin physique pour le moment, ou si peu.

A Londres, d’un autre côté, c’était la fête! Emma Hardie, Liz Earle, Radical, Cosmetics 27, Clinique (oui parce qu’ils ont un baume mais pas en vente en Belgique…), Eve Lom, Boots, … Il y en avait pour toutes les bourses et d’un point de vue texture, c’était aussi la grosse teuf: crémeux, plus ou moins exfoliants, gras, qui restent gras, gras qui s’émulsionne, etc. Mais fête du slip quoi!!  De même, d’un point de vue compo, là aussi, on a le choix! Du plus chimique au plus naturel! Ici qu’est-ce qu’on a en grande distribution? La crasse de baume démaquillant de chez The Body Shop avec une compo digne d’une enseigne de greenwashing (comprends: compo de merde mais t’as de jolis dessins de fleurs dessus alors tu crois que c’est super nature). Alors, je ne suis pas une tarée de la composition parfaite mais par contre, je n’aime pas que le marché me restreigne. Ca, je DETESTE!

Ma collection de démaquillants gras tout partout!/ Pic by kiwikoo

Ma collection de démaquillants gras tout partout!/ Pic by kiwikoo

 

Mes mains ont donc pu tester pas mal de textures et pour couronner le tout, Lisa Eldridge venait de mettre en ligne sa vidéo sur les baumes démaquillants. Du coup, j’avais une liste encore plus longue et des produits encore plus cher à tester (je jubilais hein, qu’est-ce que tu crois?).

Mon point de départ en baume démaquillant était donc le Cosmetics 27. Le seul que j’aie jamais testé et dont je suis tombée amoureuse du premier coup. Sur les bons conseils de Mona d’Amour et ceux de mon portefeuille, j’avais en tête d’essayer celui de Liz Earle qui était très bien d’un point de vue qualité-prix. J’en suis restée à mon idée et j’en suis très contente mais j’en ai essayé d’autres.

Le Radical (Space NK): vraiment agréable, texture crémeuse légère et efficace sur du maquillage (je m’étais amusée avec des crayons Kevin Aucouin avant) longue tenue. Prix: 30£ pour 120ml.

Le Eve Lom (Space NK): Selon la vidéo, c’était le préféré de Lisa Eldridge mais aussi un des plus cher. "Légèrement exfoliant" m’a dit la vendeuse… Ha ça oui! Il contient des petites granules qui selon moi, sont un peu trop grosses pour une utilisation régulière si vous avez la peau sensible. Comparé au Cosmetics 27, le plus "légèrement exfoliant" est clairement le Cosmetics 27. Des granules à côté de la poudre de bambou, il y a un canyon entre les deux.

J’ai aussi acheté le Boots. Le moins cher dans la vidéo (9£ pour 70ml). Par après, j’ai regardé la contenance et me suis rendue compte qu’au final, il revenait au même prix que le Liz Earle (24,75£ pour 200ml)… Du coup, je me suis décidée pour le Liz Earle.

Cleansing Balms from London/ Pic by kiwikoo

Cleansing Balms from London/ Pic by kiwikoo

Je ferai une revue bien plus complète du Boots et du Liz Earle, soyez-en sûrs. Ils sont tous les deux très différents (Liz Earle a une texture crème tandis que le Boots est clairement un vrai cleansing balm bien gras) et ont chacun leurs avantages.

En conclusion, tout ce que je voulais dire avec cette longue tartine c’est que nous sommes pauvres mes enfants, très pauvres. Et même si on peut en commander pas mal via le net, les frais de port restent cher et rendent des prix au départ démocratiques presque "cher". Même si il est certain que le Cosmetics 27 n’a en aucun cas été détrôné suite à mes essais (je sais qu’il est cher mais c’est un graal comparé aux 85EUR du Eve Lom par exemple), j’ai envie de pouvoir avoir des alternatives moins cher afin de pouvoir l’utiliser en alternance avec le Cosmetics 27. Gardez aussi en tête que cela ne concerne que les baumes démaquillants… Prenez ce point de départ et élargissez-le aux autres soins… Et il y a de quoi pleurer de honte.

Petite note: Je sais qu’on peut commander le Clinique et l’huile démaquillante Sephora via leur site mais ayant eu droit à un magasin à portée de main, je dois vous dire que leurs prix volontairement plus cher en ligne ajoutés aux frais de port me fait légèrement mal au pet… Et puis je trouve que chaque personne devrait avoir droit à un choix minimum en magasin physique, ce qui est loin d’être le cas en Belgique…


Poster un commentaire

K. in London Day 7: Holland Park!

On arrive à la dernière vidéo sur Londres et je dois avouer que ça me met une petite larme à l’oeil. Pas seulement parce que c’est la dernière mais aussi parce que c’est un des endroits que j’ai préféré. Holland Park est un peu plus au-dessus de Notting Hill (au nord pour faire "vrai") et le quartier est très peu touristique tout simplement parce qu’il n’y a "rien" à y voir. Quand je dis "rien", je veux dire qu’il n’y a pas de monuments et que le parc qui y est est minuscule comparé à un Regent Park ou autres. Ce qui m’arrange…

London vlogs are coming to an end and I must admit that I’m feeling pretty sad about it. Not only because it’s the last one but also because it deals with one of the places I liked most. Holland Park neighborhood  is a little bit higher than Notting Hill (to the North) and the area is not a touristic area just because there’s nothing to see. By nothing, I mean there’s no famous monument, no shops, no museums and the park is tiny compared to the other ones like Regent Park. Which… You know… Is something I’m way more into than walking on Oxford Street. 

Parce que Holland Park est un quartier magnifique où j’ai adoré me perdre. Mon but au départ était uniquement d’aller me balader dans Holland Park (le parc donc) et de revenir. J’étais fatiguée et avais fait Camden en matinée donc je n’avais pas de grandes espérances niveau timing. En sortant de la station (du même nom), j’ai découvert un quartier… De riches. Des baraques gigantesques et magnifiquement bien entretenues. J’étais dans un monde qui n’était pas le mien mais où je me laissais aller volontiers. Le temps étant de la partie, j’ai donc dans un premier temps suivi mon but: trouver le parc. Sur le chemin, je pense que je n’ai pas arrêté une seconde de faire des yeux de merlans frits tellement tout était beau et agréable.

Holland Park is indeed a lovely area where I loved getting lost. At first, I only wanted to go and see Holland Park (the park I mean) because I had been to Camden earlier in the morning and was already tired. I didn’t expect to stay there too long thus. However, when I came out of the station, I was able to discover a very socially rich area full of houses suiting to their financial state: HUUUUUUGE!! I was thus entering into a world I clearly didn’t belong to but where I didn’t have any problem in getting lost into it. The weather was still sunny so I first headed to my first aim: finding the park. On my way to it, I think I didn’t stop having huge wide opened eyes: I was amazed by the beauty of the neighborhood.

Holland Park; London/ Pic by kiwikoo

Holland Park; London/ Pic by kiwikoo

 

Pour info, ce n’est pas qu’une rue ici. Y EN A PLEIN!!!

Don’t think it was only one street: THERE ARE PLENTY OF STREETS LIKE THAT!!!

 

Holland Park; London/ Pic by kiwikoo

Holland Park; London/ Pic by kiwikoo

Holland Park; London/ Pic by kiwikoo

Holland Park; London/ Pic by kiwikoo

 

J’ai ensuite trouvé le parc et ai été étonnée de sa taille: très petit donc. Mais il était superbe avec de magnifiques endroits aux ambiances différentes et où le calme est maître… Sauf pour les paons. Ca fait du bruit des paons qui crient, je vous le dis. De même, j’ai été aussi été très surprise par la variété de plantes présentes. Les écureuils peuvent donc se dandiner au milieu d’une allée d’érables du Japon de différentes sortes, narguer des koïs dans le jardin de Kyoto ou se faufiler dans un bosquet silencieux et ombragé réservé aux parents accompagnés d’enfants en bas âge (En bon belge, on se demande vite si ça n’est pas offrir un terrain propice aux pédophiles…).

I then found the park and was really surprised by its size: very small compared to others. However it was wonderful full of different places with different atmospheres where calm is a kind of king… Except for peacocks. Do you know peacocks are really noisy when they shout?  I was also very surprised by the variety of plants in the park. Squirrels can therefore run in the middle of an alley full of Japanese maples, playing with koïs in the Kyoto garden or sneaking up into a small shaded fresh grove where parents with children are the only persons authorized (as good Belgians, one would quickly think it would be a great place for pedophiles…).

Holland Park; London/ Pic by kiwikoo

Holland Park; London/ Pic by kiwikoo

 

Holland Park; London/ Pic by kiwikoo

Holland Park; London/ Pic by kiwikoo

 

Holland Park; London/ Pic by kiwikoo

Holland Park; London/ Pic by kiwikoo

Holland Park; London/ Pic by kiwikoo

Holland Park; London/ Pic by kiwikoo

A la sortie du parc, je ne savais pas trop où j’étais mais le quartier était tellement beau que bah… C’était pas grave! En me baladant, je suis tombée sur quelque chose que je ne connaissais pas: des mews. Les mews sont en fait des rues étroites ou des cours où se trouvent de petites maisons qui, d’après Wikipédia, étaient au départ des étables. Désormais, ce sont des séries de maisons qui ont généralement toutes été magnifiquement modernisées sans perdre une once de charme. Ca m’a un peu fait penser aux impasses à Liège, ce charme isolé et calme où l’on a l’impression d’entrer légèrement dans l’intimité des gens et où la balade impose un calme bienfaisant.

Finally, when I came out of the park, I didn’t know where I was but I wasn’t worried at all: I was at the richs’!!!! While walking through those big houses, I discovered something I didn’t know before: the mews. Mews are narrow streets or courts where small houses (which were stables back in the days) have been modernized and which charm didn’t get lost into renovation. It made me think to our ‘impasses’ (lovely dead end streets) in Liège where you have the feeling that inhabitants let you have a sight into their intimacy and thus, where peace and quiet are masters making you feel incredibly good and peaceful.  

View on Holland Park Mews; London/ Pic by kiwikoo

View on Holland Park Mews; London/ Pic by kiwikoo

 

D’autres articles sont à venir sur Londres mais j’espère que vous apprécierez tout autant que moi cette dernière vidéo!

Other articles are to come about London but I hope you’ll like that last vlog as much as I do!

 

Music credits for the 1st song go to The Feather with his permission. The song is called Mimicry and is from his debut album "Invisible". Don’t hesitate to go and check his amazing work. 


Poster un commentaire

K. in London Day 6: Camden.

Aujourd’hui je vous emmène à Camden! Le quartier du rock, de la musique, de… Ha bein non en fait. En tous cas, pas de ce que j’en ai vu, malheureusement. Je crois avoir aperçu un disquaire en tout et pour tout ainsi qu’un ou deux magasins de guitares… Et c’est tout! Maintenant, je suis restée dans les artères principales mais bon… Camden est plutôt un attrape-touristes original qu’un quartier où la musique underground a sa place. Je n’en doute pas qu’il l’ait été (il a quand même vu Blur et Oasis débarquer bien avant tout le monde par exemple) mais malheureusement, les snacks chinois et autres manufactures à fringues et gadgets pour touristes ont littéralement envahi le quartier.

Camden; London/ Pic by kiwikoo

Camden; London/ Pic by kiwikoo

Today, I take you to Camden! The area of rock n’ roll, music and… Ho wait! Not at all actually! I might have seen one music shop and maybe 1 or 2 guitars shop and that’s it! I must say that I stayed in the main streets and places however, Camden is more a tourists trap than anything else. I know it has been a place where underground music has its place (it saw Blur or Oasis rising for example) but now, it has been invaded by Chinese manufactured clothes and food stalls. 

Camden; London/ Pic by kiwikoo

Camden; London/ Pic by kiwikoo

Cela dit, j’ai continué malgré ma déception et si vous avez le temps, c’est tout de même un quartier à voir si vous savez faire fi des boutiques pour touristes. Tout d’abord pour les façades originales et ensuite pour les fameuses étables. Le bâtiment est magnifique et se perdre dans ses dédales lorsqu’on n’arrive pas trop tard (et que donc, on arrive à éviter la foule…) est très agréable. Les étables sont immenses et ont été superbement bien conservées. Au milieu du 19ème siècle, c’était de là que partait toute la correspondance, les colis, les réassorts en marchandises, etc. Puis le chemin de fer est arrivé et les chevaux ont dû s’y faire pour finalement disparaître. Les étables étaient donc LE gros centre névralgique dont dépendaient énormément de choses à Londres. Les chevaux y étaient traités comme il se devait à un point où il y avait même une partie "L’hôpital des chevaux" assez conséquente.

Camden market in the stables; London/ Pic by kiwikoo.

Camden market in the stables; London/ Pic by kiwikoo.

Nevertheless, I went on despite of my disappointment and if you have the time to go there, it is still a place to see for its funny houses and the famous stables. The building is wonderful and if you arrive soon enough (before the tourists crowd), you’ll enjoy getting lost between the stables or in the Horse Tunnel Market. Back in the middle of the 19th century, the stables were the core of a lot of important things for London: letters, goods coming from all over the world, etc. Then, the train came and the horses had to get used to it… To finally disappear. However, back in the time, horses were the real stars and therefore, were very well treated to the point there even was a horse hospital which was occupuying a considerable place in the stables. 

Camden market in the stables; London/ Pic by kiwikoo

Camden market in the stables; London/ Pic by kiwikoo

 

Aucune adresse précise ici niveau boutiques, je n’ai été transcendée par rien du tout. Juste les étables et les façades mais… Ca reste une belle découverte!

This time, I don’t have any addresses to provide given I’m really not into tourists shops where everything is the same and made in China. However, I spent a lovely time there and was really happy to discover it!


Poster un commentaire

K. in London Day 5: Chinatown + Covent Garden.

Cette fois-ci, la vidéo est un peu différente puisque là, je l’admets, c’est une vidéo très "touriste". Mais que voulez-vous, la moitié bridée en moi ne peut s’empêcher d’aller s’enfiler un canard à Chinatown et bon, puisque Covent Garden est à deux pas, j’aime toujours en profiter pour aller y faire un tour ensuite. C’est sans doute une réminiscence de ma formation en langues où, pour le cours de linguistique, j’ai pu voir "My Fair Lady" et qui fait que malgré la foule, j’arrive toujours à imaginer Covent Garden vide le soir avec quelques calèches passant et des enfants vendant des journaux.

Hello guys! This time, I must admit that I made an almost complete "tourist vlog" but don’t forget that I’m half Asian and that my inner half always craves for a good piece of duck whenever I can go to Chinatown. Given Covent Garden is next to it, I thus go there and always like to see it. It might be the power of some Uni souvenirs in which I remember having watched "My Fair Lady". That’s funny because even if Covent Garden is always crowded, I’m always able to manage to picture the place empty at night with maybe two young boys selling their last newspapers. 

Par contre, Chinatown étant un véritable piège à touristes, niveau adresses, je ne peux malheureusement rien vous donner. La dernière fois que j’avais pu y aller, j’avais mangé dans un petit resto qui ne payait pas de mine, un peu à l’écart et délicieux. Mais la tête de linotte que j’étais a oublié de prendre la carte en partant et cette fois-ci, je me suis retrouvée dans un resto qui ne payait pas de mine mais fort banal et sans grande révélation pour mes papilles de moitié bridée que je suis. Cela dit, c’est toujours rigolo pour moi de me balader dans les rues. Vu que je n’ai jamais eu l’occasion d’aller en Asie, c’est assez impressionnant de pouvoir voir autant d’asiatiques dans le même quartier. De même pour les supermarchés où j’ai pu voir pas mal de produits sans doute impossibles à trouver en Belgique.

Unfortunately, I won’t be able to give you nice addresses of restaurants in Chinatown. The last time I went there I was able to find a very nice restaurant but had forgotten to take their business card before leaving. So this time, I went to another one which wasn’t as good as the previous one… No luck, hope I’ll have more next time! However, it was great fun for me to walk through Chinatown. Given I’ve never had the opportunity to visit any part of Asia, it was real fun to see so many Asian people gathered in the same area. It looked like they were all from my family. Supermakets were pretty impressive too as I was able to see products I’m sure we can’t buy in Belgium because Chinese shops here never order them. 

 

Covent Garden est lui aussi un gros piège à touristes mais c’est autre chose qu’un monument. La place est agréable et très belle ce qui rend aussi la promenade plus aérée. Mais bon… Me demander d’y rester plus d’1h, c’est un peu comme me demander de me faire hara-kiri: plutôt prendre la balle du pistolet dans la tête, c’est plus rapide comme mort.

Along with Chinatown, Covent Garden is also a tourist trap. Nevertheless, it’s something more than visiting a monument. Covent Garden is wide place which still "breathes" through times. However, don’t you dare ask me to stay there for more than one hour: a bullet in my head would be a faster way to make me die. Please. 

Enfin… Vous savez ce que je pense des endroits à touristes… Cela dit, c’est à voir! Mais ça ne prendra pas une après-midi.

Anyway… You know my thoughts about tourists traps… However, if you’ve never seen it, you should go there at least one time and it won’t take you a whole afternoon. 

Finalement, vous allez vite voir que la vidéo n’est pas super stable. En fait, je suis arrivée à Chinatown par Tottenham. J’avais donc déjà fait une fameuse trotte à pieds et j’avais pas mal de choses à porter comme des bouquins achetés pour le taf (oui… Pas le choix…). Et puis maintenant que j’édite plus, je vois un peu mieux comment je peux améliorer les enregistrements mais pour ce qui est de Londres, malheureusement, je ne peux rien y changer. J’espère que malgré ça, la vidéo vous plaira! Enjoy!

To finish with, I would like to apologize for the non-stable video. Actually, when I arrived in Chinatown, I had already walked a loooooong time all along Tottenham and was carrying stuffs such as books I bought for my job. Now that I’m edititng more and more, I also know better how to record so I hope that despite all that, you’ll appreciate the vlog and be sure that I’ll do my best to improve my skills in my new film director career! In the meanwhile, enjoy!


Poster un commentaire

K. in London Day 4: Spitalfields Market (Part 2).

Nous voici donc à la deuxième partie consacrée au marché de Spitalfields. La première était plus concentrée sur l’atmosphère, la rue, etc. Cette fois-ci, je n’avais pas envie de mélanger 3 coups de coeur avec le reste tellement ils en valent la peine.

Here we are, again on Spitalfields Market… But this time, I wanted to create a part entirely dedicated to three special shops that are really worth it. One of those things you don’t mix with food or street music…

Le premier est une créatrice qui a son stand dans le "Old Spitalfields Market": Edy & Bridge. J’ai beaucoup aimé ses vêtements qui sont un mélange de matières brutes ponctuées de romantisme pour une fille urbaine aimant les week-ends à la campagne. On peut la trouver sur Facebook et Etsy donc n’hésitez pas à passer voir sa boutique virtuelle.

The first one is a small fashion designer who is located in the Old Spitalfields market. I really liked her world made of raw materials mixed with romantic details. It’s clearly dedicated to an urban girl enjoying week-ends at the countryside. You can find Edy & Bridge on both Facebook and Etsy so don’t hesitate to go and check!

Edy & Bridge/ Pic by kiwikoo

Edy & Bridge/ Pic by kiwikoo

Le deuxième est un magasin dans lequel j’étais déjà allée il y a quelques années: Harnett & Pope. Cette fois-ci, j’ai pu découvrir leur collection automne-hiver qui a pas mal de belles pièces notamment les vestes et manteaux qui sont magnifiques. Comme pour Edy & Bridge, tout est fait à Londres et vous savez comme j’aime les pièces un peu plus authentiques à taille humaine quant à la fabrication. Ici nous avons affaire à deux créatrices particulièrement bien formées puisque une des deux a travaillé pendant un moment pour Topshop. La qualité prime pour cette marque et il est aisé de constater que les vêtements traverseront le temps sans redouter l’usure.

The second shop is also about fashion:Harnett & Pope. I was able to discover the autumn-winter collection and I can tell you they have a wide range of high-quality clothes. As for Edy & Bridge, everything is made in London and you know my love for designers who try to keep their brand luxurious without loosing any human size philosophy when it’s about making their clothes. Both of the two designers studied in a fashion industry area and one of them even worked for Topshop. Quality in both design and materials is very important to them and be sure you’ll quickly see that their clothes are made to last through decades.

Le dernier est une petite parfumerie située au coin de Hanbury Street (la rue qui relie le Old Spitalfields market à Brick Lane): Bloom. Ils ont une sélection de MA-LADES! Quand j’y étais, j’ai vu un couple de personnes qui venaient de je ne sais pas trop d’où (mais pas d’Angleterre) et qui étaient vraiment trop heureux d’avoir enfin pu revenir dans cette parfumerie. C’était de vrais perfumistas qui savaient ce qu’ils voulaient et connaissaient aussi les classiques de la boutiques. Parmi leurs marques figurent Phaedon, Arquiste, Jardins d’Ecrivains, Cire Trudon (pour les bougies), la maison Grossmith et là… Arrêtons-nous un instant mes enfants. Juste pour vous donner une idée, la maison Grossmith est en fait une maison créée au milieu du 19ème siècle qui, à l’époque, était dominé en parfumerie par les Frenchies. Hé bein Grossmith, sans promo dans les abribus ou mannequins dans les magazines, ils ont réussi à égaliser si pas, à surpasser certains grands parfumeurs de l’époque. Va savoir pourquoi, mais un jour, ça s’est arrêté. Puis beaucoup plus tard, le petit fils a retrouvé totalement par hasard les livres de formules de Grand-Père John, a farfouillé est s’est rendu compte qu’il était l’héritier de ce qui fut jadis une maison de prestige. Et hop hop hop! Le ptit gars a décidé de remettre tout ça sur les rails et nous revoilà bien chanceux de pouvoir humer les merveilles que cette maison offre à nos narines. Je ne sais malheureusement plus te décrire les odeurs mais ce que je peux te dire, c’est que c’était magnifique, superbe, splendide. Puisque Fifi Simon a retrouvé les livres de formules intacts, ce petit filou a pu recomposer les parfums tels qu’ils étaient à l’époque. En gros, le mec, il a su te refaire des parfums vintage à la goutte près! Des formules authentiques et jamais modifiées, ça, c’est rare! Donc voilà, ça te donne une idée de ce que choisit Bloom histoire d’orner ses belles étagères. Hormis cette superbe sélection, j’ai eu un accueil des plus chaleureux, sans aucun à-priori de la touriste et ils ont été l’un des rares commerces a me permettre de filmer chez eux volontiers.

Bloom/ Pic by kiwikoo

Bloom/ Pic by kiwikoo

The last one is a perfumery located almost on the corner of Hanbury Street (one of the street which connects the Old Spitalfields Market to Brick Lane): Bloom. And ho my… They have a bloody good selection! While I was there, a couple of tourists came in and I could tell Bloom was one of their "things-to-do-or-die" in London. It was not their first visit and their enthusiasm to smell new fragrances as well as others they already seemed to know was really contagious. Regarding the selection, here’s a sneak peek of the brands: Phaedon, Arquiste, Jardins d’Ecrivains, Cire Trudon (candles), Grossmith and… Guys, let’s take a moment here… Because you have to know the story behind Grossmith. Grossmith was born in the middle of the 19th century and gained so much prestige whereas the fragrance world was dominated by the French, that they won several awards (including a royal warrant, yes sir!). Unfortunately, one day, Grossmith stopped and came to be forgotten by the whole world. However, one day, a guy called Simon Brooke found an old book with perfumes formulas and thus discovered his grandfather was a super-wonderful-genious perfumer. So clever Simon decided to start it all again and managed to re-create the old formulas so that we are now able to smell their A-MA-ZING fragrances. Given he had the detailed formulas, Simon Brooke is thus able to make vintage fragrances and let me tell you that it’s not something very common in the world of fragrances. So here it is, it gives you a pretty good idea of how Bloom chooses their brands. In addition, I would like to stress out that I was nicely welcome without any "ho no, another penny-less young tourist" thoughts and they are also one of the few who were happy to let me record a video inside their shop.

Grossmith in Bloom/ Pic by kiwikoo

Grossmith in Bloom/ Pic by kiwikoo

 

 

Puisque Edy & Bridge n’a pas -encore- pignon sur rue, je ne saurai pas vous mettre plus que les liens ci-dessus. Pour les deux autres, là, ce sont des magasins "physiques" donc voici les adresses complètes au cas où vous auriez envie de leur rendre visite IN REAL LAïFE.

Given Edy & Bridge hasn’t got any "physical" shop -yet, I can only suggest you to go on the links in the related paragraphe. However, both Harnett & Pope and Bloom have their very own shop so here are their full addresses in case you’d want to pay them a visit. 

Harnett & Pope

125 Brick Lane

London E1 6SB

England

 

Bloom

4 Hanbury Street

London E1 6QR

England


2 Commentaires

Annick Goutal: l’élégance olfactive.

Vendredi passé, j’ai profité de mon dernier jour officiel de congé pour aller faire un petit tour à Bruxelles avec la mozer sous le bras (enfin, c’est plutôt elle qui m’a prise sous le bras mais bon!). Nous sommes évidemment allées sur l’Avenue Louise et en cassant la croute assise au bord d’un rond-point, quelle ne fut pas ma surprise de réaliser que j’étais juste en face d’une enseigne que Dominique -perfumista assuré, assumé, passionné- affectionne tant: Annick Goutal. Le temps de finir mon lunch improvisé et de recevoir quelques références  à aller humer via Twitter, je prends la mozer sous le bras (là, ce fut littéralement le cas) et nous passons le pas de la porte.

Last Friday, I decided I had to enjoy my very last official day off and go for some shopping in Brussels. I thus went there with my mother and when I was sitting on the edge of a roundabout having a late lunch-on-the-go, I noticed there was an Annick Goutal shop right in front of me. Annick Goutal is one of Dominique‘s favorite perfume brands and knowing how passionate he is about fragrances, I knew I had to go and enter in a brand new world.

La boutique est à taille humaine: petite mais en même temps spacieuse. En tous cas assez que pour sentir ce que l’on veut sans en même temps subir les aisselles d’un autre client. Anne, la jeune fille qui nous a accueillies, est dotée d’un charme exotique qui, doublé de son savoir dans le monde olfactif, vous tient en haleine du début à la fin.  A tout cela, ajoutons qu’elle n’est pas avare de conseils selon que la "dégustation" évolue, suggère aussi des combinaisons intelligentes entre crèmes pour le corps et parfums et n’a pas fait attention à mon look presque militaire de liégeoise qui part affronter les magasins de la grande capitale (si j’avais pu mettre un jogging et des baskets, je l’aurais peut-être fait… Vous ne savez pas ce que c’est de faire les magasins avec ma mère. Ca requiert un entraînement militaire!).

The boutique is small but spacious enough to test all sorts of smells without bothering anybody. The atmosphere is as if you were diving into a sober 20’s Parisian boudoir. In addition to that, there’s Anne, exotic, charming and has a wide knowledge of all kinds of fragrances.  Moreover, she’s generous in advice, suggestions of unexpected mixes and doesn’t care about your look if you show some interest in what you smell (yes, I was on a warrior kind of look. You don’t know what it is to go shopping with my mum. A military service is almost necessary!).

Annick Goutal/ Pic by kiwikoo

Annick Goutal/ Pic by kiwikoo

 

Suite aux bons conseils de Dominique, j’ai donc senti L’Heure Exquise, Passion, Petite Chérie, Mon Parfum Chéri, Grand Amour et  pour finir, la crème aux fleurs blanches. En fait non, ce n’est pas fini, j’en ai senti plein d’autres! Et la Mum, de son côté aussi. Donc je crois qu’ensemble, si on n’a pas frôlé les 10-15 parfums, c’est qu’il y a eu un trou dans l’espace temps. Ce sont Grand Amour, Ninfeo Mio et Passion qui sont sortis du lot pour moi en bavant tout de même sur Gardenia Passion et Rose Absolue que ma mère a emporté aussi en échantillons.

According to Dominique’s very good advice, I thus went for L’Heure Exquise, Passion, Petite Chérie, Mon Parfum Chéri, Grand Amour and to finish with, the White Flowers Hydrating Cream. Actually, I lie… I smelt so many more! On her side, my mother was also going her way so I guess we might have smelt 10-15 different perfumes. Ninfeo Mio, Passion and Grand Amour were the three winners for me whereas Gardenia Passion and Rose Absolue made their way to my mum’s heart.

Annick Goutal/ Pic by kiwikoo

Annick Goutal/ Pic by kiwikoo

Si je fais cet article, ça n’est pas pour vous montrer des échantillons mais plutôt pour vous dire qu’en sortant de là, même si certains parfums me convenaient mieux que d’autres pour des raisons d’état, de saison, de goût, de période de ma vie (comme c’est le cas pour tout le monde), il n’y a pas UN seul parfum qui m’ait totalement déplu. Et ça, pour une parfumerie – et encore plus pour une marque- c’est TRES rare.

Actually, if I have decided to write this article, it’s not only to show you the samples I got. The main thing that "caught my eye" if I can say so is that even if there were some perfumes which suited me better than others for some reasons (state of mind, period of my life, seasons, etc.), there isn’t a single one I really dislike. Wether on their first moments or later in their wake of, everybody is able to enjoy every single perfume from Annick Goutal. This was the first time it happened to me with only one brand and I was pretty surprised.

Si ça n’est pas sa note de tête ou de coeur, alors ce sera le sillage qui vous envoutera mais un parfum Annick Goutal plait à tout le monde à un moment donné dans sa période de vie (du parfum, pas de toi hein). C’est ce qui m’a le plus impressionnée. Hormis ça, vous l’aurez compris, les mélanges sont divins, les collections très bien travaillées (beaucoup d’eaux de parfum, quelques eaux de toilettes, des crèmes pour le corps… Qui peuvent se combiner avec d’autres parfums…) et je tiens à faire une mention spéciale pour leurs bouteilles. Ce côté boudoir, années 20, élégant et frais à la fois… Ne peut que joliment agrémenter n’importe quelle coiffeuse.

In addition to that, the combinations are really well thought and lead to wonderful olfactive creations, they have a wide range (eaux de parfum, eaux de toilettes but also hydrating cream, … Which can be combined with other fragrances…) and guys, let’s have a moment on their lovely bottles! These bottles are the perfect synonym for Paris, boudoir, 20’s, elegance, fresh… A bottle like this is able to empower the beauty of any beauty table in the world!

Heure Exquise, Annick Goutal/ Pic by Dominique A.

Heure Exquise, Annick Goutal/ Pic by Dominique A.

Des parfums porteurs d’histoires, des lettres d’amour à ses proches tels que son mari (Passion) ou sa fille (Petite Chérie) ne peuvent être que plein de bonnes choses. De l’élégance, de la nostalgie, de la fraîcheur et de l’audace: impossible de ne pas y trouver son compte!

Some of the fragrances (if not every of them) carry a story, is a love letter from Annick to her loved ones such as her husband (Passion) or her daughter (Petite Chérie) and thus, are a mix of elegance, nostalgia, freshness, boldness: it’s almost impossible not to find one you’ll love!

Pour finir, avec tout ça, "the cherry on the cake" c’est que nous avons pu repartir avec un splendide petite bracelet surmonté d’un papillon en papier parfumé avec celui qui aura le plus conquis nos coeurs. Pour moi, ça a été Ninfeo Mio que j’ai adoré et qui m’a enchantée toute la journée pendant que ma mère baignait dans Gardenia Passion de son côté. C’était tout mignon mais surtout, ça permettait de garder un papier parfumé non altéré par des odeurs de sacs en cuir ou autres et de pouvoir comparer, au fil de la journée, comment le parfum évoluait sur peau comme sur papier.

Finally, the cherry on the cake: we were allowed to leave but only with a lovely bracelet with a paper butterfly on it on which Anne sprayed a generous amount of the perfume we most appreciated. I chose Ninfeo Mio which I loved from the beginning to the end of the day whereas my mother was bathing in Gardenia Passion. In addition to the "cute side" of the butterfly, it also allowed me to observe how the fragrance had evolved during the day on paper and compare it to my skin.

Annick Goutal/ Pic by kiwikoo

Annick Goutal/ Pic by kiwikoo

La prochaine fois, promis, si on me le permet, je prends des photos du magasin ou je fais un mini-vlog!

Next time and if I’m allowed to, I promise, I will take pictures or make a small vlog of the boutique!

Annick Goutal 

52 Avenue Louise

1050 Bruxelles

0032/ 2514 56 64


Poster un commentaire

K. in London Day 4: Spitalfields market (PART 1).

Hellooow! Et on continue avec mes vidéos sur mon périple en territoire londonien!

Helloooow guys! Let’s go on with my trip in London and walk with me thanks to the videos I made!

Cette fois-ci, je vous emmène sur le marché de Spitalfields dans le quartier de Whitchapel (métro: Aldagate East) que j’aime beaucoup. L’idéal, c’est d’y aller le vendredi, samedi ou dimanche selon ce qui vous tente le plus ou selon ce que votre emploi du temps vous permet. Pour moi, ça a été dimanche bien que j’aurais aimé y aller aussi le vendredi pour les créateurs ou le samedi pour le vintage. Mais que voulez-vous? Vendredi c’était le marché de Notting Hill et samedi, celui du Borough Market.

This time, I want to take you with me on the Spitalfields Market located in the Whitechapel neighborhood (Aldagate East metro station). You can go there on different days according to what you’re looking for: Friday for fashion designers, Saturday for vintage clothes, … I went there on a Sunday (Friday was Notting Hill market and I was on the Borough Market on Saturday).  

Vous allez voir que ce marché est en fait très grand et s’étend sur le Old Spitalfields Market en lui-même, Brick Lane et dans de grands bâtiments qui longent Brick Lane. C’est sans doute un des plus grands marchés sur lequel je suis jamais allée à Londres tellement il est étendu. Et de ce fait, j’ai préféré faire cette partie en 2 sections.

You’ll quickly notice that it’s actually a very big market which extends from the Old Spitalfields Market in itself to Brick Lane including in huge buildings along Brick Lane. It is, without a doubt, one of the biggest markets I’ve ever went to in London. This is why I decided to cut the video in two. 

Ici vous découvrirez donc le marché en soi avec Brick Lane, encore beaucoup de nourriture (très variée: Perse, Lithuanie, Vietnam, Chine, Japon…), des antiquités, …

In this one, you’ll thus discover the atmosphere on the market, Brick Lane, food again (I mean A LOT: from Persia, Lithuania, Vietnam, China, Japan, …), antiquities, …

La deuxième partie sera plus centrée sur 3 artisans… Mais je ne vous en dis pas plus!

The second one will focus on 3 more independant stuffs… But I won’t tell you more about it, let’s keep that for later!

 

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 361 autres abonnés